Arsela

Actualités

Récap sur le séminaire Baladiaty.tn : « Mutation technologique des collectivités locales »

Le 19 août 2019 s’est tenu le séminaire du projet Baladiaty.tn de la startup ARSELA intitulé « Mutation technologique des collectivités locales » à l’Hôtel The Pearl de Sousse.

Des représentants des ministères, des municipalités, des experts en IT et de la société civile ont été au rendez-vous pour discuter des enjeux de la mutation technologique des administrations et entreprises tunisiennes. M. Achraf BEN OUANNES, CEO de la startup ARSELA récemment labellisée par le STARTUP ACT, a présenté le projet Baladiaty.tn, qui est passé, en une année, de l’idée au prototype aujourd’hui en ligne et validé par la Municipalité de Msaken, première commune adoptive de la plateforme.

Le panel de discussion a démarré avec une riche liste d’intervenants, notamment M. Helmi SOLTANI, Chef de bureau à l'unité des statistiques et de l'informatique à la direction générale des collectivités publiques locales au Ministère de l'Intérieur, Mme. Rawia HAJRI, Responsable informatique et coordinatrice de projets de la Fédération Nationale des Villes Tunisiennes, M. Kouraich JAOUAHDOU, Expert Consultant en communication et développement stratégique (ONG-OI-Coopération), M. Mohamed ALAYA, Maire de la Commune De Msaken, la première commune adoptive du projet Baladiaty et Mme Asma KALLALA, Présidente de la Commission de Communication et Évaluation de la Commune de Sousse.

Le modérateur du panel de discussion, M. Ahmed MAALEL, Horizon 2020 Tunisia ICT National Contact Point au Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a donné la première parole à Mme. Rawia HAJRI qui a parlé de l’expérience de la Fédération Nationale des Villes Tunisiennes avec la GIZ pour le projet de l’ « Espace Citoyen » permettant la prise de rendez-vous en ligne avec les maires. Elle a noté que le projet a eu du succès chez les deux communes de Beja et El Mourouj.

Ensuite, M. Helmi SOLTANI, du Ministère de l'Intérieur, a parlé du projet « Chikaya » visant à collecter les plaintes des citoyens par téléphone, par voie postale ou en ligne.

Plusieurs activistes dans la société civile, dont ceux travaillant sur la gouvernance, ont indiqué qu’il est parfaitement possible de mener digitalisation et services de qualité en même temps. Ils estiment que l’évolution du pays repose sur rendre service à la société tout en développant l’esprit collectif. Ils ont tous félicité l’équipe ARSELA pour l’initiative et pour l’idée de projet, « Indubitablement, les jeunes avec leurs ambitions et leurs efforts volontaires, sont la force de notre pays. »

Cependant, plusieurs maires ont intervenu. Les Maires de Chorbaine à Mahdia, de Mjez El Beb à Beja, d’Ezzouhour à Sousse se sont plaints de la grande charge de travail du Maire en se demandant si la digitalisation aggraverait le problème de capacité d’accueil des plaintes.

Toutefois, le Maire de Oudhref à Gabès a exprimé sa grande fierté de découvrir le projet Baladiaty.tn. Il a appelé à considérer cette application, comme premier pas vers la modernité, et à développer davantage les services via les plateformes informatiques. Il est optimiste à ce que nous passons sérieusement à l’ère du numérique. M. Mohamed ALAYA, Maire de Msaken à Sousse, a, à son tour, encouragé toutes les communes à prendre ce premier pas vers la digitalisation de leurs organisations.

C’est ainsi que nous passons à une discussion de point de vue loi et règlement où M. Kouraich JAOUAHDOU vient soulever l’avis législatif en citant quelques articles du Journal des Collectivités Locales. Ce dernier oblige les municipalités à interagir avec les citoyens et solliciter leur participation lors de la prise de décisions tout en fournissant les moyens de communication adéquats. Il a insisté à ce que le point faible de notre démocratie participative réside dans le manque de communication entre citoyens et conseils municipaux.

En fait, l’article 212, subordonné au 210, donne droit aux commissions de se faire aider par des citoyens et associations pour certaines tâches.

Néanmoins et face aux obstacles des procédures administratives qu’a cité Mme. Kamilia HMILA, experte en gouvernance, et Mme. Asma KALLALA, M. Kouraich JAOUAHDOU a proposé la recherche de volontaires pour la facilitation de certaines tâches comme meilleure alternative. Dans ce contexte, nous considérons Baladiaty la solution ultime et unique aujourd’hui prête à la gestion des services municipaux.

M. Ahmed MAALEL a bien évidemment souligné l’importance de la représentation des municipalités sur Internet. De plus, M. Mohamed ALAYA a appelé les Ministères de l’Intérieur, des Affaires Locales et de l'Environnement à prendre Baladiaty.tn comme exemple pilote à suivre. Il a sollicité les parties prenantes à continuer avec ce projet sans avoir à réinventer des roues à chaque fois et à chaque mandat.

Il est à noter que M. Riadh CHBILI, professeur à l’IHEC de Sousse et Mme Kamilia HMILA, professeur à la Faculté de Droit et des Sciences Politiques de Sousse ont indiqué que certaines coopérations entre les municipalités et les établissements de l’enseignement supérieur peuvent être conventionnées pour la réalisation de projets de fin d’études au service des collectivités locales.

Le séminaire visant #Digitalisation, #Transformation_Numérique et #Mutation_Digitale a bien réussi, avec la présence de plusieurs médias, à contacter de nouvelles communes en Tunisie désirant s’inscrire dans la plateforme Baladiaty.tn. Ainsi, la plateforme compte ajouter de nouveaux services et agrandir son territoire d’application.

Ce séminaire fût l’opportunité de traçage de nouvelles collaborations autour du projet Baladiaty.tn pour agir sur une échelle nationale entre la jeune startup ARSELA et les organisations centrales telless le Ministère de l’Intérieur et la Fédération Nationale des Villes Tunisiennes.

Baladiaty

Une plateforme web et mobile qui a été conçue pour les municipalités pour améliorer leur communication et être à proximité des citoyens et de leurs besoins spécifiques dans leur commune.